Volubilis, le film de la rentrée

En salle depuis le 3 octobre, Volubilis, le dernier opus de Faouzi Bensaidi réconcilie le public avec le cinéma marocain.  Ce film est simple, poétique et brutale à la fois.  Grâce à son écriture simple, son casting, ses plans sublimes et sa musicalité, le cinéaste transporte le spectateur, le dorlote et le violente.

Ce 4ème long métrage de Faouzi Bensaidi, raconte l’histoire d’Abdelkader, agent de sécurité dans un mall à Meknès et de son épouse Malika, femme de ménage. Le couple vit dans la maison familiale et partage la chambre avec plusieurs membres de la famille. Même s’il n’arrive pas à consommer leur mariage, Abdelkader et Malika, majestueusement interprétés par Mouhcine Malzi et Nadia Kounda, vivent heureux et volent des moments de bonheur.  Le public retiendra certainement cette magnifique scène où les protagonistes se partagent un verre de jus d’orange. Dans cette scène, le détail, le romantisme et la sensualité sont les maîtres des lieux. La fiction emmène par la suite le couple vers un destin qui les dépasse, les confronte à un monde dont ils ne comprennent pas les codes.

La descente aux enfers

Abdelkader le vigile, prend son métier à cœur et insiste pour faire régner l’ordre dans le mall où il travaille. Une altercation banale l’oppose à une bourgeoise qui décide de se venger. Des scènes émouvantes, violentes et touchantes s’en suivent pour démontrer la « hogra » et l’écart qui persiste entre les classes sociales.

Pour rappel, ce film a raflé les prix au festival national de Tanger, au Festival El Gouna en Egypte, aux Journées Cinématographiques de Carthage 2017 et a été sélectionné au Venice Days Film Festival.